Le blog du mieux-vivre en Hauts-de-France
Des idées pour se détendre Esprit Hauts-de-France – Editeur de solutions simples pour réenchanter votre quotidien.
Parce que nous avons tous besoin de nous sentir en harmonie avec nous-même, de redonner du sens à nos journées, de respecter nos valeurs profondes et d’organiser notre vie autour d’elles au lieu de les piétiner.
Saint-Omer---Chez-Tante-Fauvette Saint-Omer---Chez-Tante-Fauvette

Diététique, nutrition : se nourrir, c’est se faire du bien

20 septembre 2019 | Lecture 8 minutes |  Hauts-de-Francebien-être

A l'heure où la diététique et la nutrition se sont installées au centre de l’attention sociale et au cœur du bien-être, il paraît judicieux de s’interroger sur le « pourquoi » et le « comment » nous nous nourrissons… L’approche de Nathalie Deckert, en plus d’être holistique, est une quête du soi, une harmonisation de l’être et un chemin vers l’épanouissement et le bien-être via les multiples apports que nous offrent nos plats. La nourriture a bel et bien un impact sur notre psychisme et notre moral… Cette profusion de bouleversements pour notre corps détermine notre être tout entier et conditionne la façon dont nous menons notre existence. Esprit Hauts-de-France a interviewé la diététicienne.

 

Nathalie, vous êtes diététicienne nutritionniste spécialisée en nutrition fonctionnelle et intégrative. Quel est le plus de cette discipline peu courante ?

Nathalie Deckert : C'est une discipline qui va rechercher les causes des déséquilibres plutôt que de ne masquer que les symptômes. Pour deux patients qui vont venir avec une même problématique apparente, on s'attache à rechercher à retrouver les causes qui vont être peut-être totalement différente pour chacune des deux personnes.

 

La nourriture a un impact sur la santé, mais a-t-elle vraiment un effet sur notre psychisme et sur notre moral ?

N.D. : Oui, absolument. Par exemple, le champ de la psychiatrie nutritionnelle est une discipline en voie de développement. C’est l'avenir aussi du traitement santé mentale. On s'est aperçu que des carences en nutriments essentiels pouvaient provoquer de l'anxiété, de la dépression, des troubles du comportement. L'impact de ce que nous mangeons est direct sur notre santé mentale et psychique.

 

Selon ce que l'on mange, on peut faire du bien à son cerveau par l'intérieur alors ? Concrètement, comment ça marche ?

N.D. : De nombreuses maladies mentales sont causées justement par une inflammation du cerveau. On a besoin d'aliments anti-inflammatoires notamment et de certains nutriments qui vont permettre à notre cerveau de fonctionner de manière optimale. Il y a certains nutriments, certaines vitamines, certains minéraux mais il y a aussi la sérotonine qui est produite pour beaucoup dans nos intestins et qui participe aussi à notre bonne humeur, à notre détente. On a besoin d'aliments précurseurs de sérotonine pour fabriquer cette sérotonine. Donc on a besoin d'aliments qui apporte du tryptophane.

La nourriture a un impact sur notre santé

 

 

Et faire un peu de sport génère des endorphines ?

N.D. : Absolument, le sport est l'une des prescriptions numéro un. Nous devrions faire du sport de manière régulière puisque notre organisme n'est pas conçu pour rester inerte toute la journée. On devrait bouger naturellement. Le sport permet cette sécrétion de différentes formes d'endorphines. Cela agit directement sur notre humeur et sur notre santé mentale.

Alors, que doit-on penser de notre mode d'alimentation moderne ?

N.D. : Il y a un peu de tout. Il y a du bon et du moins bon puisque, malheureusement, on consomme souvent une alimentation plutôt industrielle, transformée. On va avoir un apport calorique peut être satisfaisant, voire déjà un peu supérieur à nos besoins, mais le problème c'est qu'on a souvent une alimentation qui est pauvre en nutriments; or notre organisme a besoin de ces nutriments pour fonctionner correctement.
C'est ce problème de nutrition, d'alimentation industrielle, de nourriture pauvre en nutriments qui va directement nous impacter de manière négative.

 

D'où les syndromes d'intestin irritable, d'alimentation oxydante, de fatigue…

N.D. : Oui, tout à fait. Une alimentation qui ne nous apporte pas vraiment ce dont on a réellement besoin est fatigante pour l'organisme. Elle peut engendrer aussi des addictions ou des compulsions alimentaires. Le sucre est une source de fatigue et provoque une inflammation dans notre organisme et dans notre cerveau. On a une alimentation qui peut être plutôt pro-inflammatoire et cette inflammation à bas bruit va se répercuter également dans notre cerveau.

 

Ainsi, manger, ce n'est pas seulement nourrir nos cellules ?

N.D. : Non en effet manger devrait rester quelque chose qui soit c'est un plaisir on mange des choses qui sont bonnes au goût mais on mange aussi des aliments qui nous apportent des nutriments, des vitamines, des minéraux, des acides gras essentiels. Tout ce qui devrait se trouver dans une alimentation simple non raffinée avec des produits plutôt bruts qui ne sont pas issus, en général, de l'industrie agro-alimentaire.

Se nourrir en se faisant du bien

 

Vous parlez de la sérotonine et de l'importance de l'intestin. C'est important la santé du ventre ?

N.D. : Oui absolument. Le ventre est notre deuxième cerveau. Dans nos intestins, on a un système nerveux entérique qui est composé de 200 millions de neurones. C'est déjà un point très important. Ensuite nos intestins ont aussi un rôle dans l'immunité, dans la digestion, tout du moins notre microbiote intestinal. Le microbiote intestinal c'est un ensemble de bactéries, de virus, de champignons qui ne sont pas pathogènes, de parasites. Ce microbiote intestinal représente environ 2 kilos de micro-organismes, ce n'est pas rien !
On sait aussi aujourd'hui que certaines maladies sont directement liées à un déséquilibre de cette flore intestinale. C'est donc un point important, à privilégier, puisque ça conditionne aussi notre bien-être.

 

Microbiote, flore intestinale… on doit donc apprendre à chouchouter cette flore. Que doit-on changer dans nos habitudes ?

N.D. : Nous devrions revenir à une alimentation qui comprend des aliments fermentés, qui contiennent des probiotiques et des bonnes bactéries ; des prébiotiques aussi (des fibres non digestibles qui vont servir de nourriture aux probiotiques) ou bien encore, des symbiotiques c'est à dire un mélange de probiotiques et de prébiotiques.
Dans notre alimentation, on a besoin de cet apport de bactéries pour entretenir la variété de notre flore intestinale puisqu'on a de nombreuses espèces de bactéries. Il est important qu'on conserve et qu'on entretienne cette variété.

 

Ainsi, la clé du bien-être est holistique, globale, intégrative. On vient de parler de la nourriture, de la nutrition. Nous avons parlé un petit peu de sport. Vers quels autres types d’aides peut-on se tourner au quotidien pour se sentir bien ?

N.D. : Il est vrai que ce qui peut aider déjà c'est tout ce qui peut limiter le stress. Le stress aussi est pro-inflammatoire. On peut avoir diverses techniques de réduction du stress qui devrait correspondre à chacun. Cela peut être du yoga, de la méditation, de la respiration. Aller dans la nature aussi a des effets prouvés sur la réduction du stress. On peut se tourner vers d'autres domaines comme la lithothérapie par exemple.

On retient donc en conclusion que manger c'est se remplir et se nourrir c'est se faire du bien. Il faut s'aimer aussi vous nous dites pour pouvoir bien se traiter.

N.D. : Absolument. C'est vraiment le début de notre cheminement vers le fait de bien se traiter puisque on se respecte davantage, on se nourrit mieux, on fait des choix peut-être un peu plus appropriés pour soi-même. C'est pour ça qu'on commence déjà par soi. J'aime bien donner l'image de l'avion. Quand on est dans un avion, que le masque à oxygène tombe, on le met d'abord sur soi pour pouvoir aider les autres ensuite. Il faut commencer par soi en fait.


Nathalie Deckert
Contact : Nathalie Deckert - www.nathaliedeckert.com

 

Guide 10 reflexes pour manger sain

Pratique :

Pour recevoir directement nos derniers articles et ne rien manquer, abonnez-vous au blog !

Top 5 des articles

  • Activités de Pâques  : nos idées de sorties plein air en famille
  • Où partir en avril pour un weekend insolite en amoureux ?
  • Art thérapie : les bienfaits de l’art
  • Idées de sorties aux jardins pour les ponts de Mai
  • Activités de Pâques en famille : comment conjuguer culture et ludique ?

Faites-vous du bien !

Espace magazine
Esprit Hauts-de-France

Couverture-magazine-Esprit-Hauts-de-France-2-cheminee Recevoir gratuitement
le magazine chez vous

On vous aide

Ingrid, Laetitia et Sadia, trois week-end planners pour vous aider à organiser votre parenthèse mieux-être en Hauts-de-France.

au 03 22 22 33 63


On vous emmène en images